top of page

La maîtrise du turnover ce qu'il faut savoir

"Pour maîtriser son turnover il faut qu'il soit le plus bas possible..." et bien C'EST FAUX ! du moins pas forcément.


Je vous explique.

Le turnover en RH c'est quoi ?


En français, le turnover, c'est le taux de rotation des effectifs.

C'est le nombre ((d'entrée de l'année N + de sortie de l'année N) / 2) le tout divisé par l'effectif au 1er janvier de l'année N.


Par exemple : Votre entreprise employait 20 personnes au 1er janvier 2022 vous avez recruté 2 personnes et 2 personnes vous ont quitté pendant le courant de l'année.

Le #turnover sera donc de ((2 entrées + 2 sorties) /2) /20 = 10%

Vous avez eu deux nouveaux collaborateurs qui ont remplacé deux anciens.


C'est donc un indicateur qui mesure le taux de renouvellement des effectifs.


Le turnover est toujours supérieur à Zéro. C'est pour cela qu'en la matière les RH aiment avoir un turnover faible parce qu'il indique que l'effectif est stable, qu'il y a un renouvellement des effectifs contrôlé et donc que l'entreprise maitrise son savoir-faire.

Un turnover de 10% est un turn-over faible vous préservez votre savoir-faire.

S'il était de 50% par exemple vous seriez dans une situation critique votre savoir-faire, n'est pas stable.

Dans les faits...


Pour assurer la croissance du Chiffre d'Affaires, le nombre d'entrées doit être supérieur au nombre de sorties. Dans le cas contraire cela signifie que l'entreprise réduit ses effectifs et donc sa capacité à développer son CA et à terme peut avoir des difficultés à répondre aux demandes de ses clients. C'est très simplifié bien entendu, les investissements en outils de productions par exemple peuvent expliquer une baisse des effectifs.

Comme le montre l'exemple ci-dessus, dans les deux cas le turnover est identique et ne va donc pas permettre à l'entreprise de savoir si elle assure sa pérennité dans le temps.

Oui et donc ?


Et donc ce n'est pas le turnover en lui-même qui compte mais bien le rapport entre les effectifs entrants et sortants qui va avoir du sens. C'est aussi pour cela qu'en fait la plus par des entreprises font le raccourci en considérant que le turnover c'est le rapport entre les entrées et les sorties divisé par le nombre effectif de salariés au 1er janvier.


Dans l'hypothèse d'un rapport positif, c'est à dire que le nombre d'entrées est supérieur au nombre de sorties, il faut alors en définir deux types.

  • Le turnover positif qui bouge essentiellement grâce à une augmentation des entrées et peu ou pas de sorties.

Reprenons notre exemple du début : Votre entreprise compte 20 personnes au 1er janvier mais cette fois-ci vous avez eu 8 entrées et 0 sortie en 2022.


Le turnover sera de 20% => [(8+0) /2] /20 mais votre effectif au 1er janvier 2023 sera de 28 personnes. Vous avez donc augmenté votre effectif en 2022 ce qui veut dire que vous avez produit plus.

  • Le turnover négatif qui est lié au fait que les sorties sont importantes mais que les entrées sont supérieures.

Selon notre exemple : Votre entreprise compte 20 personnes au 1er janvier mais à l'inverse du turnover positif vous avez eu 5 entrées et 3 sorties en 2022.


Le turn-over sera aussi de 20% => [(5+3) /2] /20 mais votre effectif au 1er janvier 2023 sera de 22 personnes. Pas besoin d'être un grand stratège pour constater que le turnover négatif va avoir un effet très impactant pour l'entreprise et plus particulièrement dans la maitrise de son savoir-faire. Vous avez une progression mais vous avez perdu du savoir-faire.

Ceci dit, est-ce qu'un turnover négatif est problématique pour toutes les entreprises ?


Les entreprises d'intérim ont un turnover important et bien entendu énormément de sorties malgré leur capacité à recruter en masse pour assurer la pérennité de leur activité. Mais n'est-ce pas là leur raison de vivre ? Faire en sorte que leur personnel soit à terme recruté en CDI chez leurs clients ?


Dans cet exemple, le turnover négatif est toujours très important et c'est pourtant bien pour l'entreprise vis à vis de son offre de service.


A l’inverse Le turnover positif est essentiel pour les entreprises d'ingénierie et de services, qui par leurs activités ont un chiffre d’affaires à plus de 70% généré par le savoir-faire de leurs collaborateurs. Parce que celles-ci ont besoin de garder leurs salariés tout en intégrant de nouvelles recrues et pour ces entreprises un turnover positif élevé est une démonstration d'attractivité ainsi que d'une capacité à prendre des parts de marchés.


Mais alors du coup, est-ce qu'un turnover fort (50% par exemple) est problématique pour toutes les entreprises ?


Vous l’avez compris, les entreprises d’intérim et d’ingénierie que nous avons évoquées plus haut peuvent (doivent ?) avoir un turnover fort.


La maîtrise du turnover est donc essentielle mais elle doit aussi être associée au marché que l'entreprise cible.


Vous êtes un industriel : Il vous faut faire de la croissance mais les investissements sont lourds et vous devez les amortir. Il vaut mieux y aller progressivement et faire en sorte d'avoir une stabilité dans vos effectifs. Vous avez intérêt à avoir un turnover faible.


Vous êtes dirigeant d'une société d'ingénierie dans le bâtiment ou l'industrie : Les seuls vrais investissements, dans votre cas, sont vos collaborateurs. Parce qu'ils sont le moteur de votre croissance. C'est à vous de déterminer votre objectif de croissance mais n'oubliez pas votre objectif sera d'avoir un turnover positif.

Vous êtes 22 en 2023 à vous de faire en sorte d'être 30 en 2024 tout en gardant vos 22 collaborateurs du 1er janvier 2023 😉.


Du coup on ne maitrise pas son turnover parce qu'il est bas mais bien parce qu'il est en rapport avec notre activité et nos objectifs.



38 vues0 commentaire
bottom of page